Abhejali termine le défi des Sept Océans

Voici la traduction d’un article de Vasanti Niemz sur l’incroyable exploit d’un membre du SCMT, Abhejali, qui a réalisé la traversée de sept canaux en eau libre, dont la Manche et le détroit de Gibraltar.

Abhejali traverse le détroit de Cook et termine le défi « Oceans Seven »

Abhejali du Sri Chinmoy Marathon Team
Abhejali du Sri Chinmoy Marathon Team

Le samedi 24 février 2018, à la suite du cyclone Gita, Abhejali Bernardova, membre du Sri Chinmoy Marathon Team de Zlin en République Tchèque, a conquis le détroit de Cook en Nouvelle-Zélande dans des eaux agitées et des courants difficiles, devenant seulement la 10ème personne et la 4ème femme dans le monde à compléter le défi « Seven Oceans » depuis sa création en 2008.

Le défi des Sept Océans

Le défi des Sept Océans est l’équivalent aquatique du défi des Sept Sommets, c’est à dire escalader certaines des plus hautes montagnes du monde. « Oceans Seven » comprend les traversées de la Manche, du détroit de Gibraltar, du canal de Catalina en Californie, du canal Tsugaru au Japon, du canal du Nord entre l’Irlande et l’Écosse, du canal Molokai à Hawaï et du détroit de Cook.

Toutes les nages sont faites selon les règles traditionnelles de la Manche : pas de combinaison en néoprène, seulement un maillot de bain ordinaire, un bonnet et des lunettes, peut-être un peu de graisse et sans assistance (pas de contact avec le bateau, etc.) L’irlandais Stephen Redmond est le premier à terminer ce défi en 2012 et la suédoise Anna Carin Nordin est la première femme en 2013.

Traversée du détroit de Cook

Commençant à 8 h 11 de l’île du Nord dans une forte houle qui lui a donné le mal de mer pendant des heures, et défiée par des conditions difficiles et des courants forts qui ont ralenti sa progression jusqu’à pratiquement l’arrêt, Abhejali est restée concentrée et positive et a finalement réussi à faire la traversée en 13 heures, 9 minutes et 48 secondes, arrivant à la pointe de l’île du Sud dans le noir vers 21 h 20.

Pendant plus de trois heures, elle a lutté contre les courants forts simplement pour maintenir sa position et ne pas être ramenée vers Wellington. Finalement, cependant, la mer s’est calmée et elle a pu passer les courants et toucher la rive de l’île du Sud. Au départ, la température de l’eau était de 20 °C, tombant à 17 °C à l’arrivée.

Conditions extrêmes

Le timing pour réaliser ces traversées est extrêmement serré, car les nageurs ne peuvent faire leur tentative que pendant la pleine lune ou la demi-lune. À ces moments-là, les courants et les marées sont les plus calmes. Le cyclone Gita ayant frappé la Nouvelle-Zélande le mardi et mercredi, Abhejali a dû annuler la course prévue jeudi en raison d’une mer agitée. Le vendredi, le bateau n’était pas disponible. Même le samedi, les eaux étaient encore rudes. Il fut difficile de décider s’il était judicieux de partir ou non, mais le départ fut tout de même pris.

Dès le début, Abhejali a été mise au défi par de fortes houles, le mal de mer et une méduse qui est restée collée sur son maillot de bain. Il y eut bien des moments où elle a douté de sa décision de commencer ce jour-là – mais elle n’a jamais pensé à s’arrêter. Si elle n’avait pas été en mesure de commencer et de terminer la traversée, sa prochaine opportunité aurait été au plus tôt deux semaines après, ce qui aurait créé des difficultés logistiques, financières et autres.

Exploit extrême

Abhejali est non seulement la 4ème femme à avoir réalisé le défi des Sept Océans, mais aussi la première nageuse tchèque, les deux sexes confondus. Alors que plus de 4 833 personnes ont gravi le Mont Everest pour 8 306 réalisations et qu’environ 1 800 personnes ont traversé la Manche, pas même 100 nageurs ont franchi le détroit de Cook. Il a fallu 8 ans à Abhejali pour compléter les sept traversées.

Issue du monde de la course à pied, sa première grande aventure aquatique a été la traversée de la Manche grâce à un relais de 4 personnes en 2010, suivi de son premier long défi solo – le « Sri Chinmoy Marathon Swim » de Rapperswil à Zürich (26,4 km) en 2011. Cela lui a donné le courage et l’inspiration nécessaires pour traverser cette fois-ci en solo la Manche la même année, puis nager autour de l’île de Manhattan à New York en 2012, et le détroit de Gibraltar en 2013.

Comme suite naturelle, le défi Catalina est arrivé en 2015, suivi l’année suivante d’une course glaciale et emblématique de 2 heures et 35 minutes à Robben Island dans des eaux à 9 ° C, ce qui lui a donné confiance dans le fait que la traversée du canal froid du Nord était réalisable, en 2017. Avant cela cependant, les traversées du canal de Tsugaru et ensuite de celui de Molokai – sa natation la plus difficile de près de 22 heures – ont été accomplies.

Réussite à toutes les tentatives

Ce qui est remarquable à propos de ses traversées n’est pas seulement la réussite en elle-même – en luttant contre le mal de mer, les méduses, les courants forts, l’eau froide et bien d’autres défis – mais aussi le succès pour chacune de ses premières tentatives.

Contrairement à un marathon ou un ultra marathon, vous ne savez jamais vraiment avec toutes ces traversées, quand et si le temps et les marées permettront réellement la tentative. En outre, le nageur peut être forcé d’abandonner pour la sécurité ou pour d’autres raisons après seulement quelques heures de nage, ou même à quelques mètres de l’arrivée.

Les conditions de la réussite

Un atout certain dans toutes ses aventures aquatiques a été sa capacité à garder une attitude positive et joyeuse, à faire confiance au pouvoir de la grâce, aux encouragements et aux bonnes pensées envoyées par ses coéquipiers et amis du monde entier. Et c’est grâce également à la concentration intérieure et le calme acquis par des années de pratique régulière de la méditation.

Son professeur de méditation, Sri Chinmoy, était lui-même un pionnier dans le monde du sport et a inspiré de nombreuses personnes à croire en leur potentiel intérieur illimité et à atteindre des objectifs sans précédent. Pour son inspiration et son service à la nage en eau libre, Sri Chinmoy a été intronisé à l’IMSHOF (International Marathon Swimming Hall of Fame) – au temple de la renommée de la nage marathon internationale – à titre posthume en 2012.

Abhejali a été entraînée pour la traversée du détroit de Cook par sa compatriote Harita Davies, qui en 2017 est devenue la première femme de Nouvelle-Zélande à terminer la course la plus longue du monde : les « 3100 miles Sri Chinmoy Self-Transcendance » de New York. Interrogée sur comment elle se sentait après son grand accomplissement, Abhejali a simplement dit : « Reconnaissante et heureuse ». Et elle a hâte de courir à nouveau – en particulier sur la course de la Paix « Sri Chinmoy Oneness-Home Peace Run » qu’elle aide à organiser.

Abhejali lors de la traversée du détroit de Cook
Abhejali lors de la traversée du détroit de Cook
Le détroit de Cook, large de 25 km... en ligne droite !
Le détroit de Cook, large de 25 km… en ligne droite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Centre de préférences de confidentialité