Sri Chinmoy et l’haltérophilie

Avant l’haltérophilie

Sri Chinmoy et la course à pied

Sri Chinmoy
Sri Chinmoy

Sri Chinmoy, fondateur du club qui porte son nom, aura pratiqué la course à pied une très grande partie de sa vie. De tous les sports qu’il a eu l’occasion d’entreprendre, c’est sans aucun doute son préféré. Et c’est grâce à sa simplicité de mise en œuvre, à sa pratique en extérieur et au sentiment de liberté qu’il procure, à son aspect de transcendance de soi lors d’épreuves de vitesse ou de fond… C’est d’ailleurs le sport qu’il conseille en priorité à ses élèves – notamment le fond et le grand fond – et celui le plus proche de son enseignement philosophique et spirituel, proche d’un voyage et de son but à atteindre.

Jeune, Sri Chinmoy était adepte de courses de vitesse et notamment du 100 m pour lequel il fut champion de nombreuses années au sein de sa communauté à Pondichéry, avec des temps de 11 secondes, pieds nus et sans starting-blocks au départ. Arrivé à l’âge de 32 ans aux États-Unis, il se met aux plus longues distances, avec des performances bien plus modestes il est vrai ; son meilleur temps au marathon est de 3 h 55 min. Mais, à cause de problèmes de genoux récurrents, il commence l’haltérophilie en juin 1985 à l’âge de bientôt 54 ans.

Sri Chinmoy et l’haltérophilie

La suite de cet article relate son parcours dans ses soulevés de poids et vous propose un documentaire exceptionnel, Challenging Impossibility, ayant reçu de nombreux prix. Ce documentaire sur son « weightlifting », présenté en fin d’article, montre de nombreuses performances, avec les commentaires de témoins remarquables comme Carl Lewis, neuf fois médaillé olympique, Bill Pearl, le culturiste qui fut cinq fois Mr Univers, Hugo Girard, l’homme le plus fort du monde en 2002…

Les débuts et la philosophie

Sri Chinmoy commence l’haltérophilie en juin 1985 avec un haltère assez inoffensif de 18 kilos (40 livres), le soulevant du sol puis au-dessus de la tête. Les progrès de Sri Chinmoy en matière de soulevé sont rapides : en deux mois, il double ce poids pour atteindre 36 kilos. Sri Chinmoy a toujours affirmé que la méditation et le silence intérieur pouvaient être utilisés avec profit dans tous les domaines de l’activité humaine, et il l’avait jusqu’ici démontré avec succès, notamment dans les domaines de la musique, de la littérature et de l’athlétisme.

Soulevé à partir du sol
Soulevé à partir du sol

C’est d’ailleurs avec cet objectif bien particulier que Sri Chinmoy entreprend l’haltérophilie : montrer les pouvoirs de la méditation et inspirer le plus grand nombre à pratiquer une vie intérieure afin d’en tirer tous les bénéfices, qui vont bien au-delà de simples exploits sportifs. Il reconnaît pourtant lui-même ne pas aimer beaucoup ce sport qu’il considère à l’opposé des qualités de la course à pied – qu’il ne peut plus pratiquer sans douleurs – en dehors de la transcendance de soi, bien entendu.

« J’essaie de rendre service à ceux qui souhaitent faire un pas en avant. Ils n’ont pas à lever une tonne, mais peut-être vont-ils s’inspirer de ce que j’offre et faire l’effort de réaliser dans leur propre vie quelque chose qu’ils pensaient auparavant trop difficile ou impossible. Dans n’importe quel domaine, ils peuvent trouver l’inspiration de faire quelque chose de mieux que ce qu’ils ont déjà accompli. »

La technique d’haltérophilie

Après avoir réussi à soulever 48 kilos, il change de technique, passant du sol à un soulevé à hauteur d’épaule, premier signe qu’il ne se sent pas confiné par les techniques de soulevé classiques utilisés dans le monde de l’haltérophilie. « Après 45 kilos, je ne pouvais plus progresser car il était difficile pour moi de me pencher », se souvient Sri Chinmoy dans une interview accordée en 1987. « Alors, un de mes étudiants m’a proposé de fabriquer un support afin de commencer avec le poids à hauteur d’épaule. »

Soulevé de 2 fois 136 kilos avec support
Soulevé de 2 fois 136 kilos
avec support

Cet étudiant – un métallurgiste originaire de Sydney en Australie – a joué un rôle majeur au fil des années dans la construction de supports métalliques et de plateformes nécessaires aux soulevés de Sri Chinmoy. Dans le cas du soulevé à hauteur d’épaule, le facteur sécurité est aussi considérablement augmenté ; en cas de chute, l’haltère revient sur le support au lieu de s’écraser au sol. À la fin de l’année à l’aide de cette technique, Sri Chinmoy réussit à soulever 70 kilos, son propre poids à l’époque.

Les styles de soulevés peu orthodoxes que Sri Chinmoy a utilisé tout au long de sa carrière d’haltérophile ont parfois fait l’objet de critiques car ils ne se conformaient pas aux règles habituelles du monde de la force physique, notamment le fait d’utiliser des effets de levier lors de certains soulevés avec différents supports et plateformes. La réponse de Sri Chinmoy fut qu’il essayait d’apporter nouveauté et vitalité à l’haltérophilie, de la même manière qu’il l’avait fait pour la musique, l’art et la course à pied, particulièrement avec les ultra-distances :

« S’il n’y a que les soulevés standards, alors il n’y a pas de nouveauté, pas d’invention. Devrait-il y avoir un seul jeu ? Non, des centaines de jeux ont été découverts. Alors devons-nous jouer uniquement au football, au volleyball et au basketball ? Il devrait y avoir plus de jeux. Dans un jardin, ne gardons-nous que quatre types de fleurs ? Si un autre type de fleur apparaît, nous ne crierons pas : ‘Oh, ce n’est pas une fleur parce que pendant des années et des années dans notre jardin, il n’y a eu que quatre fleurs.’

Un soulevé peu orthodoxe !
Un soulevé peu orthodoxe !

Malheureusement, quand on invente quelque chose, cela n’est souvent pas accepté. Puis vient un jour où les gens oublient les critiques. Au début, combien Newton et Einstein ont souffert ! Après, tout le monde les a acceptés. Au début, on soupçonne toujours la nouveauté. Elle n’est pas admirée, ni adorée. Mais ensuite, sur la base de cette nouveauté, les gens vont de l’avant. »

Dans son magazine, Building the Body, Frank Zane – trois fois Mr Univers – fait écho à cette perspective. « Les hommes forts de la vieille époque avaient l’habitude de soulever des poids énormes juste assez pour libérer une feuille de papier… C’est dans cette tradition que les soulevés de Sri Chinmoy devraient être vus. Son véritable objectif est d’attirer l’attention sur la vie spirituelle, qui est la véritable source de son pouvoir. Pour quelqu’un qui approche les 70 ans, s’entraîner tous les jours avec des poids aussi lourds pour inspirer l’humanité est le véritable record du monde. »

Abakash Kopiaty, rédacteur en chef du magazine Self-Transcendence-Fragrance Sports et qui est une autorité de longue date sur l’haltérophilie de Sri Chinmoy, ajoute : « Sri Chinmoy a toujours montré des photos et des vidéos de ses soulevés – montrant ainsi ses techniques et ses appareils permettant à chacun de s’inspirer de ses efforts ou d’essayer de les reproduire. »

Des progrès rapides

Sri Chinmoy continue à augmenter les charges et en mars 1986, il soulève 91 kilos. Au fil des mois, il augmente progressivement les poids par tranches de 5 kilos tout en se rapprochant de son objectif suivant ; 300 livres (136 kilos). En août 1986 après quatre mois et 212 tentatives, il réussit a monter cette charge. En janvier 1987, Sri Chinmoy réalise son plus grand soulevé.

Ashrita Furman, qui détient le plus grand nombre de records Guinness, est présent pour assister à cet événement. L’American Athletic Union le qualifie de « sûrement l’un des plus incroyables soulevé de tous les temps », tandis que la British Amateur Weightlifters’ Association déclare dans son certificat qu’il s’agit « de celui qui n’a jamais été vu auparavant ».

Soulever avec les mollets

Soulevé de 544 kilos avec les mollets
Soulevé de 544 kilos avec les mollets

À l’occasion du premier anniversaire de ses débuts en haltérophilie, Sri Chinmoy organise une soirée de démonstration dont le maître de cérémonie est le champion olympique Carl Lewis. Peu de temps après ses soulevés avec un seul bras, Sri Chinmoy s’entraîne assis à soulever des charges posées sur ses cuisses, en levant les talons à la simple force des mollets.

Puis, il commence à établir des records toujours avec les mollets, mais cette fois-ci debout, le poids reposant sur ses épaules. En juillet 1986, il établit une marque à 635 kilos, atteignant plus de 900 kilos en novembre. Sri Chinmoy entreprend une série de répétitions, soulevant un total de plus de 22 tonnes au cours d’une même session.

Soulever des objets et des animaux

Une suggestion de Bill Pearl lance l’haltérophilie de Sri Chinmoy dans une toute nouvelle direction. Pearl estime en effet « que quelqu’un qui n’est pas haltérophile ne peut pas comprendre la différence entre un objet pesant 200 kilos et un objet pesant une tonne, ce ne sont que des chiffres. Mais soulever des objets courants, tels que des voitures, des animaux de grande taille ou des plateformes comprenant plusieurs personnes et on ne pourrait douter du poids de ces objets. »

Soulevé d'un éléphant avec une plateforme
Soulevé d’un éléphant avec une plateforme

Cette suggestion a sans aucun doute été inspirée à Bill Pearl par ses rapports avec le public. En effet, celui-ci avait l’habitude de compléter ses démonstrations de culturisme par des exploits de force tels que plier des pointes de tentes et déchirer des plaques d’immatriculation en deux. En septembre 1986, Sri Chinmoy soulève une voiture à l’aide d’une plateforme et de ses mollets.

Au cours des trois mois suivants, il soulève toutes sortes d’objets improbables, frappant à la fois par leur poids et leur variété : des voitures de plus en plus lourdes, un camion, un hydravion, un hélicoptère, deux éléphants, une scène de salon de coiffure comprenant quatre chaises et quatre barbiers au service de leurs clients, et deux pianistes en tenue officielle jouant la Cinquième Symphonie de Beethoven sur deux pianos à queue.

« En gros, Sri Chinmoy sortait l’haltérophilie de la salle de gym et en faisait une partie intégrante de la vie quotidienne », a relaté le Dr Vidagdha Bennett qui écrivait régulièrement sur l’haltérophilie de Sri Chinmoy. « Mais, le plus important de tout, il l’a distillé avec bonheur. »

Soulever le monde avec un cœur d’unité

Sri Chinmoy soulève Bill Pearl
Sri Chinmoy soulève Bill Pearl

Sri Chinmoy a également utilisé sa force pour rendre hommage aux hommes et aux femmes qui ont inspiré leurs communautés et le reste du monde. Entre 1988 et jusqu’à la fin de sa vie, Sri Chinmoy soulève les personnes à l’aide d’une plate-forme spécialement conçue à cet effet. Il a ainsi honoré plus de 8 000 personnes, dont Nelson Mandela, Mohammed Ali, Carl Lewis, les champions de marathon Paul Tergat, Paula Radcliffe et Tegla Laroupe, ainsi que les Chefs d’État de plus de dix pays.

Sri Chinmoy a non seulement soulevé des personnalités reconnues, mais aussi des personnes de tous horizons qui ont contribué à leur façon à la création d’un monde meilleur – pilotes, infirmières, pompiers, professeurs d’université, policiers et autres :

« Ici, j’inspire quelques personnes et ils m’inspirent aussi. Si je suis inspiré, vous êtes inspiré et il est inspiré, alors nous pourrons travailler ensemble. Quand nous ne sommes pas inspirés, nous trouvons à redire aux autres êtres humains ; nous nous disputons, nous nous battons et faisons beaucoup de choses déplorables. Mais si nous sommes inspirés, alors nous faisons beaucoup de bonnes choses pour l’amélioration de ce monde. »

Force intérieure

Soulevé de 1090 kilos lors d'une démonstration présentée par Bill Pearl
Soulevé de 1090 kilos lors d’une démonstration présentée par Bill Pearl en 2004

Son weightlifting a attiré une attention considérable des médias et, naturellement, les journalistes étaient curieux de savoir ce qui se passait dans la tête de Sri Chinmoy lorsqu’il soulevait ces énormes poids. Plusieurs de ses performances ont été présentés à la télévision et dans les journaux aux États-Unis et dans le monde. Lorsque les journalistes le lui ont demandé, Sri Chinmoy répondait qu’il donnait crédit à la force intérieure générée par la prière et la méditation pour la réalisation de ses prouesses en haltérophilie.

Celles-ci ont été vues par de nombreux haltérophiles et culturistes professionnels, qui ont remarqué à quel point il était capable de soulever des poids importants bien qu’il ne soit pas particulièrement musclé et encore moins jeune. Bill Pearl, cinq fois Mr Univers et élu l’homme le mieux bâti du XXe siècle, déclare à propos des soulevés de Sri Chinmoy : « Sri Chinmoy m’a appris que la taille du bras ne fait pas l’homme ; la taille du cœur fait l’homme. Personne sur terre n’a fait ce que Sri Chinmoy a fait. »

« En tant qu’individu, je ne suis rien et je ne peux rien faire. Pour tout ce que j’ai accompli, j’accorde cent pour cent crédit à la Grâce de Dieu… Quand je prie et médite, j’ai le sentiment que quelqu’un d’autre m’aide, alors qu’un homme ordinaire a l’impression de ne pouvoir compter que sur lui-même. Quand il est sous l’altère, il pense qu’il le soulève par lui-même. Il a pratiqué pendant tant d’années et développé sa force, et il sent que tout dépend de sa force physique. Mais dans mon cas, je sens que je ne suis qu’un instrument. Il y a un autre pouvoir qui vient pour m’aider. Ce pouvoir, je l’appelle la grâce de Dieu. »

 

À suivre prochainement…

Article largement inspiré et traduit du site internet Inspiration-Lifts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.